Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Technologies - Energie

Volontarisme politique et difficultés de la transition énergétique

La Chine est à la fois le premier consommateur de charbon au monde et le premier producteur d’équipements d’énergie propre. A gauche une des nombreuses centrales thermiques construites pour maintenir la croissance. A droite, un champ de panneaux solaires installés sur les monts Taihang, près de Handan, dans la province du Hebei, 400 km au sud de Pékin.


*

Selon les douanes chinoises, en 2021, alors que les exportations d’acier se sont contractées, les importations chinoises de pétrole brut ont baissé de 5% pour la première fois depuis vingt ans. Nikkei Asia y voit le signe que « l’usine du monde » est en train de modifier fondamentalement son modèle de croissance.

L’analyse rejoint une note de François Godement rédigée en octobre dernier pour l’Institut Montaigne, où il faisait le point des mesures prises par la Chine en matière d’énergie.

Décidées au pas de charge, sous la marque autoritaire de Xi Jinping, elles suggèrent qu’après la mise au pas des groupes numériques, le n°1 chinois ambitionne de refonder sur le long terme, le modèle de développement économique du pays dont déjà Wen Jiabao, premier ministre de 2003 à 2013, avait dit qu’il était insoutenable.

En dépit ou à cause de ces difficultés, la Chine effectue subitement un tournant majeur de son schéma de croissance, y compris dans le domaine énergétique. En dépit des apparences, le moment et le style, n’ont que peu de lien avec les promesses climatiques de la Chine.

Une intention de rupture.

Le graphe montre la dynamique globale des émissions de CO₂ de la Chine, en millions de tonnes de CO₂ et en % des émissions totales, pour la période 1981-2019. « Statistical Review of World Energy » (69ᵉ édition).

Au pouvoir depuis 2012, constatant qu’après une période de stabilisation des émissions entre 2011 et 2017, elles repartent à la hausse, représentant toujours en 2019, 30% des émission globales, Xi Jinping a décidé de mettre en œuvre une stratégie de rupture pour refonder le modèle de croissance sur un mode plus efficace, moins gaspilleur et moins polluant (source : theconversation.com).


*

L’arrière-plan réel est l’ambition de long terme de Xi Jinping de corriger un modèle de production obsolète et gaspilleur, à la très faible efficacité énergétique. Pour l’heure, - et c’est toute la difficulté -, il est encore dans de larges pans du système productif, très peu capable de basculer de la quantité vers la qualité, condition essentielle du maintien de la croissance.

Le style est autoritaire, toujours surplombé par le souci de la prévalence verticale de l’appareil. Mais il est aussi pragmatique, puisqu’il décide sans état d’âme de changer de cap.

La promotion en 2012 de champions chinois du secteur traditionnel de l’industrie lourde et le coup de fouet donné à l’innovation, fut en effet suivie du contrôle politique des introductions en bourse à New-York, ayant peu à peu découragé les investisseurs et chefs d’entreprises de tenter l’aventure du NYSE. Simultanément ont été mis au pas les débordements financiers des groupes numériques, pourtant symboles de la modernité dynamique du pays.

Aujourd’hui se précisent à la fois la volonté de limiter le risque posé par la gigantesque bulle immobilière et les efforts pour accélérer la transition énergétique, non seulement en réduisant les gaspillages, mais aussi en accélérant la diversification avec cependant un succès mitigé compte tenu des avantages acquis retranchés dans l’appareil et de la difficulté du dilemme énergétique.
Énergie.

Réduire les gaspillages et diversifier.

Entre 1990 et 2015, l’efficacité énergétique sérieusement améliorée. Multipliée par trois, passant de 21 à 7, elle se rapproche progressivement des performances des pays développés.


*

Alors que la Chine produit 20% de l’énergie mondiale et en consomme 24%, la réduction de l’intensité énergétique (quantité d’énergie nécessaire à la production d’un point de PIB), longtemps plombée par les gaspillages, est au cœur des préoccupations du régime depuis le sixième plan quinquennal (1981 – 1985).

A partir des années 90, les efforts accélérés ont divisé l’intensité énergétique par quatre, à moins de 7, la rapprochant progressivement des premiers de la classe des grands pays industriels dont l’indice moyen varie entre 4 et 5.

Quant à la diversification, l’ampleur de la tâche se lit dans la rémanence de la dépendance aux énergies fossiles et, notamment au charbon. Si la part de celui-ci a baissé de plus de 20% en quinze ans, elle représentait toujours plus de 55% en 2020, contre seulement 11% en Europe.

Les difficultés ont percé la surface, en septembre dernier, conséquence du volontarisme bureaucratique ayant réduit les stocks de charbon, à l’origine, dit François Godement, « d’une pénurie d’électricité, comme le pays n’en a pas connu depuis le début des années 2000 » (lire le § « sévères pénuries d’énergie » de notre article Une fête nationale sous tensions économiques et stratégiques).


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Espace et marine de guerre

Fin de la mission Shenzhou 13

Véhicules sans chauffeur. Entre propagande publicitaire et réalités

L’aéronautique chinoise à Dubaï. Affichage opérationnel et promotion commerciale

Espace et marine de guerre