Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Politique intérieure : derniers articles publiés.

Faces cachées et risques de la mise au pas des groupes numériques

Le gouvernement chinois continue à resserrer son contrôle sur les géants du numérique et sur l’entreprise privée dont le succès commercial explose. Dans le collimateur, des entreprises privées à la croissance rapide ayant une surface internationale, mais pas seulement.
Les victimes sont connues. Ant Group 蚂蚁集团 – Ma Yi Jituan (« Groupe La fourmi », ancienne filiale d’Alibaba, finances et crédit en ligne), Tencent 腾讯 Teng Xun, (« Message au galop », jeux, loisirs et services en ligne, messagerie sociale – QQ et WeChat), Meituan 美团 (« Beau Conglomérat », achats en ligne, services, loisirs, conseils et guide de voyage, répertoire de l’avis des consommateurs) ;
Pinduoduo 拼多多 (« Épeler - ou déchiffrer - l’abondance (...)

Le foisonnement affairiste d’Internet, la prévalence du Parti et l’exigence de loyauté

Inflexible, l’appareil poursuit sa mise aux normes des entrepreneurs dont la surface financière en Chine et hors de Chine menace d’échapper à son emprise. Ce faisant, il adresse aux groupes privés saisis par un hubris de puissance, le message très clair qu’il ne saurait y avoir d’autre autorité que celle du parti. Aux investisseurs étrangers, les recadrages rappellent que leur lucrative aventure chinoise reste étroitement sous contrôle.
Après la mise au pas de Jack Ma, le fondateur d’Alibaba devenu en quelques années le géant chinois de la vente par internet, dont la filiale de paiement en ligne An’t group 蚂蚁 集团 ma yi jituan – la Fourmi, avait été touchée par un coup direct en pleine introduction en (...)

A Hong Kong, Pékin réforme la loi électorale, durcit la gouvernance et élimine la mouvance démocrate

Le 1er juillet, jour des célébrations du centenaire de la création du Parti, Carrie Lam la gouverneure de la R.A.S s’est rendue à Pékin. A Hong Kong, c’est John Lee (李家超 Li Jiachao) 63 ans, le nouveau secrétaire général de l’exécutif, désormais le N°2 du territoire, nommé le 8 juin, venu directement de l’appareil policier où il occupait la fonction de chef de la sécurité qui assurait la présidence des cérémonies d’anniversaire.
Signe du durcissement général de la situation, c’est la première fois depuis 1997 qu’un responsable de la police de Hong Kong est promu au poste de chef de l’administration. Ses prédécesseurs venaient tous du monde des affaires ou avaient une expertise socio-politique. Détail important, Lee (...)

Au Zhejiang, la pensée marxiste de Xi Jinping tente la mise aux normes du marché à l’aune des « caractéristiques socialistes »

Nous le savons, l’épine dorsale du pouvoir communiste chinois porte un idéalisme englobant et centralisé dominé par la politique. Rien n’y échappe, depuis l’aménagement du territoire jusqu’à toutes les facettes de la vie du pays qu’il s’agisse de la respiration politique de la société civile jusqu’à l’université et le secteur artistique, en passant par l’écologie, la lutte contre les inégalités sociales et l’éradication de la corruption.
Dès lors a surgi la tentation omnipotente de créer de toutes pièces un espace territorial exemplaire à la fois protégé des interférences capitalistes où la population aux ambitions « normalisées » seraient d’autant plus facilement contrôlable que les écarts de revenus seraient (...)

A Hong-Kong, la mémoire de Tiananmen met à l’épreuve la patience du parti

Chaque année, le 4 juin sur le Continent, à Hong Kong et à Taïwan, relayée par les médias occidentaux, resurgit la mémoire de la brutale et meurtrière intervention de des blindés de l’APL contre les manifestants de la place Tiananmen.
Rassemblés sur la place depuis le 15 avril 1989 date du décès de Hu Yaobang limogé par Deng Xiaoping en 1987, les manifestations d’étudiants, assez vite rejoints par des ouvriers, dénonçaient la corruption et réclamaient des réformes politiques et démocratiques.
Un article de Yan Jiaqi à paraître dans le World Economic Herald (World Economic Herald (世界经济导报), suggérant la réévaluation du limogeage de Hu Yaobang était censuré par Jiang Zemin, le n°1 du parti qui mit le journal (...)