Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Chine - monde

A la croisée des chemins, Pékin fait le choix de « la rue arabe » contre l’Occident

Moins d’une semaine avant que, dans le sud de la bande de Gaza, aux confins de l’Égypte, Israël et ses alliés retiennent leur souffle, tétanisés par la torture infligée aux familles des otages attendant la libération de leurs proches, la Chine, affirmait son rôle de faiseur de paix exprimé dans sa nouvelle devise internationale « d’Initiative Globale de Sécurité - 全球安全倡议 - » [1].

C’est ce message de « sécurité indivisible 不可分割 的安全 » pour tous 全球 que, le 20 novembre, le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi exprimait à une délégation des pays du monde arabe comprenant des émissaires d’Arabie Saoudite, de Jordanie, d’Égypte, d’Indonésie, de Palestine et de l’Organisation de Coopération Islamique.

En tournée chez les membres permanents du Conseil de sécurité, les pays arabes venaient pour rallier le soutien de la Chine, contre Washington, qui refusait toujours de faire pression sur Israël pour que Tsahal cesse son offensive dans la bande de Gaza contre le Hamas.

Comme l’écrit Frédéric Lemaître correspondant du Monde à Pékin, leur intention était « d’encourager Pékin dont l’influence au Moyen-Orient augmente, à prendre la tête d’une campagne pour promouvoir la “désescalade” et engager des négociations pour une solution politique du conflit. »

Alors que Tel Aviv restait fixé sur son objectif militaire de « destruction du Hamas », la réponse de Wang Yi à ses homologues du monde arabe affichait résolument un choix d’apaisement à contre-courant d’Israël et de son allié américain : « Travaillons ensemble pour apaiser la situation à Gaza et rétablir la paix au Moyen-Orient le plus rapidement possible ».

En substance, la Chine qui n’accuse pas le Hamas de « terrorisme » et réclame un cessez-le feu immédiat que Washington ne soutient pas, critiquait « les représailles collectives d’Israël contre la population de Gaza » et exigeait « l’ouverture immédiate d’un couloir humanitaire », première étape de l’arrêt définitive des combats.

Sans mentionner le Hamas, Wang Yi qui prônait le retour à « la solution des deux États », ajoutait, en haussant sa réponse à hauteur d’une exigence morale, que la situation à Gaza qui impactait « tous les pays du monde, remettait en question l’idée que l’humanité se faisait du bien et du mal. »

Se plaçant du côté de « l’équité et de la justice internationales », il concluait en réaffirmant son soutien au projet des pays arabes musulmans pour « promouvoir la paix entre la Palestine et Israël, condition de la stabilité au Moyen Orient. » (…)

Puis, il se référait à une éventuelle entremise de l’ONU, « La communauté internationale doit agir de toute urgence, en prenant des mesures efficaces pour empêcher que cette tragédie ne se propage. »

En dépit des massacres du 7 octobre, Pékin s’éloigne de Tel Aviv. Fracture à l’ONU.

En octobre, deux semaines après l’agression barbare du Hamas contre les Kibboutz juifs à l’est de Gaza, Zhai Jun (68 ans), ancien ambassadeur en France (2014-2019) et envoyé spécial pour le Moyen Orient depuis 2019, entamait une tournée à laquelle il n’a pas réussi à donner l’apparence de la neutralité, au milieu de la tonalité générale clairement pro-palestinienne de Pékin.

Le 19 octobre, suivant immédiatement la venue de Joe Biden en Israël, Zhai était à Doha [où il a rencontré l’ambassadeur de Russie], première étape de son périple au Moyen Orient, après quoi, il s’est rendu en Égypte, aux Émirats, en Arabie Saoudite et en Jordanie.

Partout son message était le même. Sans condamner le Hamas, il déplorait les pertes civiles, répétant que la raison essentielle de l’actuelle situation du conflit israélo-palestinien était que « les droits légitimes du peuple palestinien n’étaient pas garantis ».

Le 3 novembre, s’entretenant au téléphone avec son homologue saoudien Faisal Al Saud, Wang Yi, levait toute ambiguïté sur la position chinoise en déclarant que « les représailles d’Israël dépassaient le cadre de la légitime défense. »

Alors que Pékin préside le Conseil de sécurité, sa stratégie a créé une fracture à l’ONU. Le 27 octobre, constatant que le texte de la résolution appelant à une trêve humanitaire à Gaza ne condamnait pas l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre, Washington et Londres se sont abstenus de la voter.

Pour Israël, la Chine déforme la réalité de la situation. Rafi Harpaz, directeur adjoint pour l’Asie et le Pacifique au ministère israélien des Affaires étrangères, a exprimé sa déception dans un communiqué : « Les messages de la Chine, non seulement ne font pas mention de l’enlèvement de dizaines de civils à Gaza, mais encore ils ne condamnent pas clairement le massacre odieux commis par l’organisation terroriste du Hamas contre des civils innocents ».

La réalité est que le parti-pris chinois qui s’inscrit dans le projet sino-russe de remise en question de la domination occidentale de l’ordre du monde depuis 1945, est à la fois opportuniste et pragmatique. En s’alignant clairement à la masse des pays arabes et des Palestiniens, Pékin entend renforcer son influence dans les pays du « Sud global », où de nombreux pays soutiennent la cause palestinienne.

Objectivement, la fracture à l’ONU où le Conseil de sécurité est paralysé par la fronde sino-russe, offre un espace de manœuvre au projet alternatif chinois de « sécurité globale ». Il est un contrepoids à ce que la Chine présente comme « l’agressivité guerrière » de l’Amérique en Ukraine où, disent ses diplomates, le soutien à Kiev nourrit le conflit, et au Moyen Orient, quand l’inflexible proximité entre Tel Aviv et Washington, cautionne le bombardement des populations civiles de Gaza.

Note(s) :

[1Publié par l’appareil dans une note de février 2021, et proposé pour la première fois au monde par Xi Jinping au forum de Boao en avril 2022, le concept décrit une architecture mondiale de sécurité pour tous ou « indivisible  » [安全不可分割].

Prenant le contrepied de l’approche américaine et occidentale considérée par Pékin comme « agressivement » construite sur « l’insécurité des autres », le concept que les critiques décrivent comme le moyen d’étendre l’influence globale de la Chine en défiant Washington, s’articule à cinq principes :

1) Le respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de tous les pays ;

2) Le respect du but et les principes de la Charte des Nations Unies (*) ;

3) La prise en compte des préoccupations de sécurité de tous les pays ;

4) Le principe de la résolution par le dialogue des différends entre les pays et

5) Le maintien de la sécurité dans les « domaines traditionnels et non traditionnels - 传统领域和非传统领域 - », dont les contours sont flous, mais semblent faire référence au respect des pays qui, du fait de leur histoire et de leur culture, ne considèrent pas que les valeurs promues par les démocraties sont « universelles ».

(*) Préserver les générations futures du fléau de la guerre qui, deux fois en l’espace d’une vie humaine, a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances ;

Proclamer à nouveau la foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites ;

Créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit international ;

Favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Munich : Misère de l’Europe-puissance et stratégie sino-russe du chaos

Au Myanmar le pragmatisme de Pékin aux prises avec le chaos d’une guerre civile

Nouvelles routes de la soie. Fragilités et ajustements

Chine-UE. Misère de l’Europe puissance, rapports de forces et faux-semblants

A Pékin, avec Vladimir Poutine, Xi Jinping met en scène en fanfare leur stratégie commune de rupture avec l’Occident