Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Société

Indices d’une mise aux normes des mœurs dans une ambiance générale de défiance et de contrôle politique

S’il fallait un nouvel indice que le Parti est engagé dans une mise aux normes dont les allures dépassent la politique et touchent de manière plus sensible aux mœurs et à la façon de penser - ce qui rapproche le régime d’un totalitarisme -, il faudrait s’intéresser aux rumeurs d’inventaires discriminatoires en cours dans une des grandes universités de Shanghai.

Comme souvent en Chine, l’information qui fait le tour des réseaux sociaux, s’appuie sur une fuite révélant le contenu d’une directive secrète. L’Université de Shanghai fondée en 1922, regroupant trois campus et une trentaine de lycées et collèges fréquentée par 55 000 étudiants, aurait ordonné à toutes les institutions relevant de son autorité de désigner nommément les élèves qui s’identifient comme « LGBT » et en général tous ceux qui se déclarent « non-hétérosexuels 非异性恋者 feiyixinglianzhe ».

Selon SupChina qui diffuse l’information, les « sous-catégories » sont clairement définies. Il s’agit des « lesbiennes 女同性恋者 nutongxinglianzhe » , des « gays 男同性恋者 nantongxinglianzhe , des « bisexuels 双性向者 shuangxingxiangzhe » et des « Transgenres 跨性别者 kuaxingbiezhe), tous placés sous la désignation générique de « groupes arc-en-ciel : 彩虹组 – cai hong zu - »

Pour l’instant, l’information n’établit pas publiquement la réalité de l’initiative ni son origine – l’Université ou le Parti –. Elle ne dit pas non plus si les établissements dépendant de l’Université de Shanghai ont l’intention de suivre la directive.

Il n’en reste pas moins qu’en ligne, nombreux sont les LGBT et leurs soutiens, déjà ostracisés qui s’alarment déjà de plus de persécutions et discriminations à venir. Citons quelques réactions inquiètes des réseaux.

Inquiétudes sur le net.

La plupart des étudiants qui réagissent à la rumeur d’enquête de deux manières, non exclusives l’une de l’autre.

Soit ils s’offusquent en rappelant que la décision de rendre publique ou non leur « identité sexuelle « 性别认同 xingbie rentong », n’appartient qu’à eux ; soit ils expriment une crainte « On dirait que l’Université de Shanghai établit des listes. C’est très triste et effrayant 看起来 上海大学正在编制一份清单(liste, qingdan), 这令人悲伤 (beishang, triste和恐惧 he kongju, et effrayant ».

D’autres révèlent même que les enquêteurs, non seulement encourageraient les sondés à rendre publiques les orientations sexuelles, mais en plus, les inciteraient à dénoncer ceux de leurs camarades de classe cachant qui les cachent.

La nouvelle directive de SHU pourrait n’être que la partie visible d’une opération de mise aux normes plus vaste. Certains internautes affirment que des directives similaires existent ailleurs qu’à Shanghai. Ils révèlent aussi que le ratissage ne va pas sans réticences, certains professeurs offusqués par la démarche ayant même incité leurs élèves à mentir.

Les craintes sont encore attisées par le contexte récent marqué par des attaques éparses contre les LGBT qui semblent répondre à une stratégie des hautes sphères de l’éducation nationale. Il y a quelques mois, la revue mensuelle Higher Education Forum, 高教论坛, référence pédagogique de l’enseignement supérieur, publiait une analyse de l’état actuel des communautés LGBT dans les collèges chinois suive d’une exploration des contre-mesures.

Écrit par un enseignant de l’Université de sciences politiques et de droit de Shanghai, l’article suggérait que les associations d’étudiants et leurs responsables « collectent » des informations sur leurs pairs LGBT afin que les conseillers universitaires puissent mieux les aider à « former des perspectives correctes sur les relations hommes femmes et le mariage ».

En juillet, WeChat de Tencent, vecteur privilégié de la communication sociale avait discrètement fermé une douzaine de comptes d’étudiants se réclamant ouvertement de la communauté LGBT ; au premier trimestre, s’appuyant sur un ouvrage universitaire, un verdict du tribunal de la province de Jiangsu statuait que l’homosexualité était un « trouble psychologique 心理障碍Xinli zhang’ai ; enfin il y a un peu plus d’un an, la « Shanghai Pride –上海骄傲jiao’ao » annonçait sa fermeture définitive.

Ostracisme patriotique.

La tendance totalitaire s’exprime aussi par la vindicte contre les figures publiques accusées de manquer de patriotisme. Récemment les films de l’actrice, chanteuse, scénariste et productrice Zhao Wei 赵薇, 47 ans, (1) ont été censurés sur les sites de diffusion en ligne. La mémoire des censeurs se souvient qu’en 2001 elle avait été contrainte de faire des excuses publiques pour s’être laissée photographier habillée d’une robe décorée du drapeau national japonais aux rayons rouges symbolisant le soleil levant.

Aujourd’hui, les raisons de son ostracisme public ne sont pas claires. Sur les réseaux sociaux on spécule que la vindicte politique qui la frappe serait liée aux représailles contre Jack Ma au moment même où le n°1 du parti à Hangzhou, Zhou Jiangyong 周江勇 à la fois proche de Zhao et du fondateur d’Alibaba, vient lui aussi d’être mis en examen.

La « charrette » a également ciblé l’acteur Zhang Zhenan 张哲瀚 30 ans, lié par contrat à la société de production de Zhao Wei, après qu’il ait mis en ligne des photos du très controversé sanctuaire japonais Yasukuni, abritant les cendres de certains criminels de guerre japonais.

Zhang s’est publiquement excusé pour avoir heurté les sentiments patriotiques chinois (…) « Je ne suis pas Japonais. Je suis Chinois. J’aime profondément ma patrie ». (…) « Étant un personnage public, je devrais toujours garder en tête les blessures de l’histoire. A l’avenir, j’accorderai plus d’attention à l’histoire et à la culture ».

La contrition n’a pas calmé les réseaux sociaux ni la vindicte publique. Plusieurs marques ayant utilisé le nom de Zhang Henan pour leurs publicités ont rompu leurs contrats, tandis que, sur Weibo, circulait le mot-clé « ≠ Toutes les marques travaillant avec Zhang Zhehan doivent mettre fin au partenariat avec lui ≠ (#全部品牌终止与张哲瀚合作#).

Note. - mise à jour le 30 août -

1.- Les lecteurs de QC seront peut-être intéressés par le fait Zhao fut une des premières célébrités chinoises à se lancer dans l’achat de grands crus en France. En 2011, elle avait investi 40 millions d’€ pour acheter le domaine de 8,5 hectares de Château Monlot, domaine viticole partie de l’appellation Saint-émilion grand cru.

Deux consultants de haute volée ont été engagés pour garantir la qualité de la production : Hubert de Bouard propriétaire de Château Angelus et Jean-Claude Berrouet dont la réputation est associée au prestigieux Château Petrus. En 2013, Zhao a ensuite acheté le Château La Vue de 16 ha et le domaine du Château Parabet situé au pied du village de Saint-émilion.

En 2015, son empreinte s’est étendue à l’Entre-Deux-Mers avec l’achat du Château Senailhac de 57 ha . Plus récemment, elle a aussi acheté le Château La Croix de la Roche, un domaine de 12 ha de vignobles AOC Fronsac et Bordeaux. Femme d’affaire avisée, elle a aussi fondé une SARL qui commercialise sa production des Bordeaux en Chine.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Nouvelles de la pandémie

Au Henan et à Zhengzhou, la « Ville-éponge », un remarquable effort de solidarité des géants du numérique

Le très faible enthousiasme pour la « politique des trois enfants »

Mise aux normes des écoles privées. Une page se tourne

Premières alertes de la crise démographique annoncée