Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Technologies - Energie

Avions régionaux en Chine

La Chine n’est pas l’Asie…

Les succès d’ATR en Asie sont patents : ainsi en 2005, cinquante ATR 72 ont été commandés par deux nouveaux clients indiens : trente par Air Deccan et vingt par Kingfisher Airlines, soit plus de 55% du carnet d’ordres 2005 d’ATR. Pakistan international a aussi commandé des ATR42.

De plus, la migration des commandes de petits avions biréacteurs vers des avions à hélices semble se confirmer au plan mondial. Cependant la technologie des avions régionaux est ancienne ; elle date des années 1970, et n’a bénéficié que d’ajustements, certes réguliers mais pas majeurs. De plus, aucun grand frère n’est prévu relayer la gamme des ATR 42 et ATR 72 pour ce qui concerne ATR.

Des stratégies et des succès.

Les stratégies des trois compagnies, ATR, Embraer et Bombardier, ont été très différentes en Chine. ATR a essayé depuis vingt ans, la sous-traitance en Chine, avec la compagnie chinoise Xi’an Aircraft ATR.

Embraer a tenté depuis 2002 les alliances et le transfert de technologies, à travers son association avec le groupe Harbin Aircraft Industry et la compagnie Hefei Aviation Industry. Plus d’une quarantaine de commandes étaient attendues par Embraer. Seules 15 sont venues.

Bombardier s’est lancé dans une autre stratégie : le lobbying et les relations personnelles des dirigeants de Bombardier avec les responsables politiques de la Chine. Ils sont les seuls à avoir vendu l’un de leurs avions au gouvernement chinois. Ils sont aussi les mieux implantés en Chine.

La stratégie chinoise.

Il est vrai aussi que la technologie des avions régionaux commence à être maîtrisée par la Chine, à travers ses propres avions ARJ, notamment développés avec Embraer.

La compagnie chinoise Chengdu Aircraft Industry gère la création du nouvel ARJ21, un avion régional de 70 places (avec une extension possible à 99 places), entièrement à base de brevets chinois. Le coût de lancement annoncé est de 620 millions US$. 35 commandes sont affichées et 100 commandes espérées.

Quel futur pour ces avions ? Affaire à suivre sur ce créneau porteur.

(VTAconseil, 27.03.2006)


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Les guerres de l’espace et des microprocesseurs, deux secteurs clé de la rivalité sino-américaine

Projets spatiaux chinois et rupture de la coopération avec l’Occident

Guerre froide sino-américaine. Pékin riposte aux embargos de Washington en interdisant le géant MICRON

Modernisation de l’industrie lourde, « Chine 2025 » et transferts de technologies

Les circuits occultes de la fuite des microprocesseurs américains vers la Russie