Your browser does not support JavaScript!

Repérer l'essentiel de l'information • Chercher le sens de l'événement • Comprendre l'évolution de la Chine

›› Album

Bataille idéologique et graffitis à Brick Lane

Brick Lane et les réseaux sociaux, miroirs des contradictions de l’appareil.

Les réseaux sociaux chinois eux-mêmes donnèrent le ton des débats. Certains partisans affirmèrent que les jeunes artistes chinois exerçaient « leur droit à la liberté d’expression ». Applaudissant l’étalage vertueux des « caractéristiques chinoises », ils félicitèrent les auteurs d’avoir « exalté à l’étranger la culture et les valeurs chinoises. ». Les critiques, en revanche, les accusèrent d’avoir détruit des œuvres des artistes de rue pour promouvoir la propagande du Parti communiste.

Le 6 août, les slogans de la propagande avaient été recouverts d’une floraison de graffitis critiquant vertement à la fois Xi Jinping et le Parti communiste chinois.

Au-dessus des deux caractères du mot « égalité 平等 », quelqu’un avait écrit, paraphrasant une phrase d’Orwell dans « La ferme des animaux : Certains sont plus égaux que d’autres ». Devant les caractères « 民主 démocratie » et « 自由 liberté », d’autres avaient simplement ajouté « Not found » ou en chinois « 没有 ».

D’autres encore dont certains exigeaient la démission de Xi Jinping, dénonçaient le massacre de la place Tiananmen en 1989, la répression à Hong-Kong, ainsi que la situation au Tibet et au Xinjiang.

On évoqua aussi les récents ratés de la propagande du Parti en Chine. Un groupe de féministes munies de sacs portant le slogan nihiliste « Dernière génération » signifiant leur refus de laisser une descendance et un héritage [1] inscrivit des graffitis critiques, moquant le modèle féminin idéalisé de la « Ligne de la jeunesse communiste  » Jiang Shanjiao, personnage fictif de la propagande de l’appareil [2].

En Chine, alors que sur WeChat, les internautes échangeaient les photos des slogans recouverts de graffitis, leurs comptes furent suspendus par la censure. Peu après, Weibo supprima les «  hashtag » # London Graffiti # et # London Graffiti Wall #.

Effacement, compromis et contestation de l’Occident.

Le 7 août, à Londres, 48 heures après l’apparition des douze slogans du Parti aussitôt recouverts par les protestations des graffitis, les autorités municipales du « Tower Hamlet Council » avaient fait recouvrir les murs d’une épaisse couche de peinture blanche. Selon des sources locales, le nettoyage se fit après l’intervention du bureau de CCTV de Londres qui signala à la municipalité le foisonnement des graffitis antichinois.

Alors que les résidents se lamentaient de l’effacement brutal des anciennes œuvres d’artistes de rue connus, les murs ne restèrent pas longtemps vierges. Vers la mi-journée du 7 août, un jeune réfugié de Hong-Kong muni de bombes aérosols inscrivit sur les murs une pensée de Milan Kundera : «  Le combat des hommes contre les pouvoirs est la lutte de la mémoire contre l’oubli. ».

Son geste était à la fois une protestation contre les autocrates à Pékin et contre ceux qui, à Londres, avaient ordonné d’effacer les graffitis. « Ils [les autorités du Tower Hamlets Council] ont juste essayé de faire oublier aux gens ce qui s’est passé ici la semaine dernière. Il fallait conserver les graffitis. Ils étaient un moyen d’expression de gens qui ont des choses à dire. »

Quelques heures seulement après l’élimination des graffitis effacés par une couche de peinture blanche, les murs étaient à nouveau recouverts d’inscriptions de toutes sortes. Une jeune femme de 38 ans venue de Chine du nord, vivant à Londres depuis dix ans interviewés par la BBC s’insurgea contre la vacuité de la propagande : « Prospérité sans innovation ; Démocratie sans droits de l’homme ; Civilisation sans moralité  ».

Le 7 aout, le jeune homme à l’origine de l’inscription des douze slogans contestés par les graffitis, du nom de Wang Hanzheng qui utilise aussi le pseudonyme Yi Que, affirma avoir voulu initier un débat. Mais sur son compte Instagram, il publia un message dont la teneur était proche du discours du Parti qui conteste la prévalence de l’Occident dans l’organisation du monde d’après 1945.

« L’Occident affirme sa centralité au nom de la liberté et de la démocratie. Déconstruisons la vanité des libertés occidentales et remplaçons-la par une véritable construction du socialisme pour voir ce qu’il en résultera ».

Note(s) :

[1Le slogan « Dernière génération  » vient d’une réplique devenue virale sur les réseaux sociaux pendant les pics de confinement Covid-19 en 2022 qui claquemurèrent jusqu’à 300 millions de personnes dans toute la Chine.

À un policier qui le menaçait de sanctions s’il ne se conformait pas à la rigueur du confinement, évoquant pour l’intimider des effets sur lui-même et sa descendance « Pendant trois générations », un habitant de Shanghai avait répondu « Merci Nous sommes la dernière génération - 谢谢. 我们是最后一代 ».

Par la suite et avant que la censure ne la supprime, la réplique a été utilisée par les internautes pour exprimer leur désespoir face au monde tel qu’il va et à l’actuelle trajectoire politique de la Chine.

L’état d’esprit de désespérance confinant au nihilisme exprimé par cette frange d’expatriés recoupe la pensée désabusée de la jeunesse urbaine analysée par François Danjou (lire : Les quatre « indésirés » de la jeunesse.

[2Récemment l’appareil a été contraint de supprimer du net son couple de figurines virtuelles Hong Qiman et sa compagne Jiang Shanjiao, « influenceurs » imaginés pour séduire la jeunesse urbaine branchée, dont les noms apparaissaient dans un poème écrit par Mao.

Jiang Shanjiao, figure féminine du couple fut la plus visée par les dérisions acerbes des internautes : « Est-ce que votre mari vous bat ? Si oui, la police s’en soucie-t-elle ? ». D’autres questions avaient suivi, touchant à la situation des femmes : « Allez-vous être forcée de vous marier avant d’avoir 30 ans ? » (…) « Exigera-t-on de vous que vous donniez naissance à un garçon ? ».

A ce sujet lire notre article : Les « Sheng Nü » laissées pour compte et le renforcement du patriarcat.


• Commenter cet article

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

• À lire dans la même rubrique

Le rêve chinois à la gloire de Messi

Wu, le policier à la retraite et le Sniper. Polars taïwanais chez Gallimard

C.C.Eyes only. Pour les Conseillers du Commerce Extérieur confinés à Shanghai. Chapitre VII

C.C.Eyes only. Pour les Conseillers du Commerce Extérieur confinés à Shanghai. Chapitre VI

C.C.Eyes only. Pour les Conseillers du Commerce Extérieur confinés à Shanghai. Chapitre V